Parcours Religions, Sociétés, Espace Public (ReSEP)


La rentrée 2023 du parcours ReSEP....

  • La rentrée 2023 du Parcours ReSEP (mention sociologie), c'est  lundi 18 septembre pour le début des cours
  • Mais attention, la rentrée anticipée concerne certain.es d'entre vous, c'est le 4 septembre à 13h pour ceux-celles qui doivent suivre les 2 modules de 12h de "mise à niveau" en sociologie (parcours atypiques, hors sciences sociales)
  • Réunion de rentrée le 18 septembre 2023 à 14h pour les M1, et à 15h pour les M1+M2, en salle 007 Galileo (attention, c'est 8 Rue Pestalozzi, à 15 min à pied du patio ou 6 min de vélo, à 2 pas de l'avenue de la Forêt Noire, proche Fac Sc Eco )
  • Pour une vue d'ensemble des cours et des options, consulter la plaquette de la formation, à télécharger un peu plus bas
  • Et les emplois du temps ? Voir la page dédiée de la faculté pour les emplois du temps

Responsable de parcours : Anne-Sophie LAMINE, Professeure de Sociologie

Co-responsable du parcours : Marie BALAS, Maîtresse de Conférences

Membre de l'équipe pédagogique : Hanane KARIMI, Maîtresse de Conférences


Un parcours du master de sociologie

  • Une approche sociologique originale du fait religieux, dans ses interactions avec les autres faits sociaux et politiques... 
    • du croire ordinaire à la radicalité
    • comparer pour mieux comprendre
    • articuler le religieux aux autres questions sociales
    • comprendre les enjeux de diversité et pluralité
    • religion et politique, religion et discriminations, religion et mobilisations
  • ... Mais avant tout un master de sociologie
    • Une formation solide en sociologie générale (méthodologie quanti et quali, enquêtes)
    • Un large choix de cours thématiques de sociologie complétant votre spécialité selon vos intérêts (environnement, migrations, corps, urbanisme, discriminations, mémoire etc.)
    • Le mémoire peut être centré sur des questions religieuses, ou porter plus largement sur des questions de société portant sur des enjeux culturels, politiques, mémoriels ou d'inclusivité
    • Les cours "de spécialité" apportent également des éléments de compréhension sociologique plus large. Quelques illustrations : le cours de "Sociologie des croyances" travaille sur les valeurs ou aspirations, permettant de traiter par exemple le rapport à l'écologie ou à l'engagement. Le cours de "Sociologie de l'islam" analyse, entre autres, des rapports de domination pouvant s'appliquer à toute minorité. Le cours "Militantismes politiques et religieux" examine une variété de logiques militantes. Le cours "Conflits et pluralité" forme aux questions d'ethnicité ou à la mise à l'agenda d'un problème public. Enfin, les analyses de la radicalité sont applicables au politique et à divers engagements.
    • Des apports d'autres disciplines, dans les cours à choix, selon les intérêts : histoire, ethnologie, sciences politiques, islamologie, droit... 
  • Une qualité d'encadrement, une ambiance de promotion, des mises en situations professionnelles
    • Des promotions à taille humaine (une quinzaine) et une équipe pédagogique dédiée
    • Une ouverture au monde professionnel : soutien à la recherche de stages, contacts déjà bien établis avec plusieurs organismes / institutions
    • Des possibilités de participation à un projet d'enquête collective (pour une collectivité locale) ou des projets de recherche collectifs dans nos centres de recherche
    • Des arrangements pour faciliter le cursus aux étudiant.es salarié.es : possibilité de faire le master en 3 ou 4 ans au lieu de 2ans (en plus des moodle pour chaque cours avec de nombreux textes en ligne facilitant le travail autonome et de la solidarité /entraide au sein de petites promotions, incluant partages de notes de cours etc.)


CONFÉRENCE - Frédéric STRACK : La gouvernance publique du religieux intégraliste. À partir du cas du judaïsme orthodoxe en France, 1980-2023 - MARDI 5 DÉCEMBRE 2023 - 16H - SALLE 3206 - PATIO - UNISTRA

Docteur en science politique de l'Université Panthéon-Assas / École Pratique des Hautes Études, thèse soutenue en décembre 2022 : Intégralisme religieux et société. Le cas des juifs orthodoxes en France, des années 1980 à nos jours. Actuellement chargé d’enseigne­ment à Sciences Po Paris – Menton, il effectuera à partir de janvier 2024 un post doc au Canada (Université de Sherbrooke).

La régulation publique du religieux est souvent abordée à partir du cas de l’islam. La conférence de Frédéric Strack permettra de décaler le regard, en abordant à la fois la formulation des demandes des juifs orthodoxes français et leur traitement par les pouvoirs publics, nationaux ou locaux.


ACTUALITÉ *** CONFÉRENCE ANNULÉE *** : Conférence de Danièle Hervieu-Léger – 7 NOVEMBRE 2023 à 16h – À la MISHA

Liens de l'évènement :

LinkedIn

Facebook


Entrer directement en M2 ? Oui, c'est possible, parcours adapté !

Pour ceux-celles qui souhaitent entrer directement en M2, nous adaptons le parcours, en vous permettant de prendre des cours de M1 de sociologie du religieux (en remplacement d'un ou deux cours de M2)



Focus sur le blockseminar

  • Temps fort de l’année : séminaire thématique de trois jours, en décembre, commun aux M1 et M2.
  • Deux thématiques, en alternance : « Traditions, fondamentalismes, extrémismes » (années paires) et « Religions, sexes et genre » (années impaires).
  • Pendant ce mini colloque, chacun.e présente un exposé préparé pendant le semestre.
  • Moment intense d’échanges avec les étudiant.es (M1 et M2) et enseignantes des parcours ReSEP.
  • Une petite vidéo sur le block seminar de décembre 2022 (réalisée par Hande Senguler, diplômée 2022)

Informations sur les cours à choix

Une page spécifique a été ouverte pour mettre à jour les informations concernant les cours à choix hors sociologie ; elle est actualisée au fur et à mesure que les informations sont vérifiées ; n'hésitez pas à signaler erreurs, ajouts, manques à A.S. Lamine

Et pour les étudiant.es hors ReSEP (de la faculté ou d'autres facultés), un lien vers les cours de ReSEP qui vous sont ouverts, avec auto-inscription via moodle (en plus d'accords bilatéraux plus larges existant avec certains parcours)


Le mémoire ReSEP (M2) et le projet de mémoire (M1)

Les informations sont regroupée sur la page mémoire ReSEP




Le module de rentrée de M1, un cycle de cours sur les données qualitatives et quantitatives « MAKing European Society » !

Dans le cadre d’un grand projet interdisciplinaire de recherche et de formation, un cycle de cours sur les données est offerte aux étudiant.es de ReSEP (ainsi que d’INEDITE et VES)

Il s’agit de se former aux données et aux questions européennes. Cette nouvelle formation s’étalera sur trois modules, un par semestre (M1S1, M1S2 et M2S1). 

C’est un « supplément de diplôme » : les notes ne rentrent pas dans le calcul de la moyenne mais ce « supplément » sera grandement valorisable dans le CV, car il atteste d’un surcroît de compétence

Chaque module est nécessaire pour participer au suivant. Le programme offrira aussi des opportunités de stages, de séminaires ou déplacements, des contrats doctoraux et des bourses de mobilité doctorales.

Le module de M1S1, de 12h se déroule pendant la semaine de rentrée, celle du 12 septembre 2022. Ses horaires sont compatibles avec ceux des cours de Mise-à-niveau pour les étudiant.es concerné.es. Ce module regroupera les étudiant·es de la Faculté des sciences sociales (masters ReSEP, INEDITE et VES) avec les étudiant·es d'autres master (de l’IEP ou de droit ou de sciences économiques). 

Pour en savoir plus et télécharger le dépliant



Objectifs du parcours Religions, Sociétés, Espace Public

  • La diversité culturelle, ethnique et religieuse, les discriminations récurrentes dans le domaine de l’emploi ou du logement, tout comme les débats récurrents concernant la mise en œuvre de la laïcité montrent la nécessité d’une connaissance approfondie des faits religieux, et de leurs imbrications avec d’autres dimensions du social, ainsi que de la place et de la gestion du religieux dans l’espace public, au sein des organisations, entreprises et institutions.
  • La demande sociale démontre un besoin de professionnels ayant un supplément de compétences analytiques et opérationnelles sur ces questions, en plus des compétences classiques attendues des sociologues.
  • Formation solide en sociologie générale, méthodologie, enquêtes alliée à une compétence spécifique sur le fait religieux, la diversité, la laïcité, à la fois disciplinaire et interdisciplinaire (histoire, ethnologie…). Plusieurs séminaires sont communs avec le parcours associé du master de la mention histoire : “ Religions, histoire et sociétés ”.

Compétences à acquérir

  • Maîtriser les concepts et outils d’enquête sociologiques (qualitative et quantitative, entretiens, analyse de données statistiques, observations). Maîtriser l’analyse sociologique avec un double objectif de compréhension (analyse, étude ou recherche) et d’opérationnalité (diagnostics socio-organisationnels, pilotages et suivi de projets), notamment appliquée à la diversité culturelle, ethnique et religieuse et en relation avec d’autres problématiques (genre, profession, générations, éducation, ville…). Savoir définir une problématique, évaluer sa pertinence, développer à partir de celle-ci une recherche documentaire cohérente en utilisant les instruments appropriés. Savoir mener une recherche originale sur un sujet défini.
  • Connaître les enjeux contemporains de la laïcité et de la diversité, les pratiques existantes, des expériences innovantes, des outils de négociation et d’ajustement. Savoir appréhender les phénomènes religieux, analyser leurs implications sociales, politiques, économiques et culturelles, et les situer dans une perspective historique.
  • Maîtriser les capacités rédactionnelles : savoir rédiger clairement des synthèses, construire une argumentation, rédiger une réponse à un donneur d’ordre ou à un appel d’offre ou un rapport sur un sujet donné. Savoir synthétiser les résultats d'une enquête, d’un état de la situation et des pratiques, ou d’une recherche et de les exposer oralement et par écrit. Savoir prendre la parole en public,  préparer des supports d’information et de communication, animer un groupe et une réunion.
  • Être capable d’organiser et de coordonner un événement scientifique, un débat public, une table ronde, un atelier, une formation. Savoir organiser un travail d'équipe, et en gérer l'aspect matériel et administratif. Maîtriser au moins une langue étrangère dans la compréhension écrite et orale. Maîtriser les outils informatiques.

Organisation pédagogique

  • Le 1er semestre offre des enseignements fondamentaux de sociologie générale : connaissances analytiques/conceptuelles (UE2) et méthodologie (UE7, commune avec le parcours “Inégalités, discriminations”). Il aborde les bases de l’approche du fait religieux : fondements sociologiques (UE1) et interdisciplinaires (UE3, UE5) : histoire, ethnologie, science politique. Au sein des UE interdisciplinaires, le dialogue avec les historiens des religions est privilégié, avec plusieurs séminaires bilatéraux, qui, au 1er semestre, prend la forme d’un block-seminar thématique de 3 journées (thèmes envisagés pour 2018 et 2019 : “traditions, fondamentalismes, extrémisme” et “autorités religieuses”). L’UE3 offre une ouverture à d’autres thématiques sociologiques et l’UE6 à l’anglais sociologique spécialisé. Ce semestre propose aussi une mise à niveau (UE2’, en septembre) aux étudiant-e-s n’ayant pas effectué un parcours de sciences sociales en licence.
  • Le 2ème semestre prolonge l’acquisition des connaissances disciplinaires générales (UE2) et méthodologiques (UE6), ainsi que thématiques de spécialité (UE1) et d’ouverture (UE3). Il poursuit l’acquisition de compétences interdisciplinaires de spécialité (UE4, UE5). L’organisation du  2nd semestre (cours répartis sur 10 semaines au lieu de 12) facilite le choix facultatif d’un premier stage professionnel et/ou recherche (2 à 4 mois).
  • Le 3ème semestre approfondit les thématiques de pluralité religieuse et discriminations (UE1). Il  complète les connaissances disciplinaires d’ouverture (UE2) ainsi que les compétences interdisciplinaires de spécialité (UE3,UE4,UE5) et de langue (UE6), et prépare au stage et projet de recherche/professionnel (UE7).
  • Le 4ème semestre est structuré autour d’un stage de 4 à 6 mois professionnel et/ou de recherche, qui s’effectue en collectivités, bureaux d’études, entreprises, associations ou laboratoire de recherche. Deux journées d’échanges auront lieu à mi-parcours et en fin de semestre.   Le stage donne lieu à un document de synthèse, comportant une partie analytique et réflexive, et à une soutenance orale.
  • Dans les UE de spécialité, la pédagogie fait une large place aux analyses de cas concrets (état de la situation, pratiques, éléments juridiques), ainsi qu’aux enquêtes personnelles et collectives.

Principaux débouchés et métiers visés

  • Métiers ouverts aux sociologues, et pour lesquels une compétence spécifique sur la diversité, le fait religieux et la laïcité est un atout supplémentaire.
  • Chargé-e de mission, chargé-e de projet, chargé-e d’étude, dans des structures publiques (organismes d’études et recherches publics ou parapublics, villes ou région, observatoires, organis­mes de branches ou syndicaux, etc.). Métiers de médiation socio-culturelle (diversité), référent-e laïcité.
  • Sociologue dans le conseil et les entreprises (cabinets spécialisés et de conseil, fonctions ressources humaines des entreprises, organismes de formation, etc.)
  • Métiers de la formation et de l’enseignement (la formation peut être une spécialisation complémentaire pour des enseignants certifiés). Métiers de la communication, du journalisme et de l’évènementiel.
  • Métiers de la recherche ou d’appui à la recherche.