Search & Find
Accueil
Accueil   >   Recherche   >   DynamE   >   Centres de recherche

Centres de recherche

Centre Construction(s) de l’Europe, Mobilités, Frontières(CoMF)

Responsables : Smaïn Laacher

Centre Construction(s) de l’Europe, Mobilités, Frontières(CoMF)

Le CoMF regroupe deux des six axes de recherche du laboratoire Dynamiques Européennes, celui portant, d’une part, sur les questions de Migrations, mobilités, européanisation ; celui portant, d’autre part, autour du thème Circulations des savoirs, des croyances et des normes en Europe. Si ces deux axes présentent une pluralité de perspectives théoriques ainsi que des manières différentes de pratiquer et de définir la posture comparative. Cela n’affecte aucunement la cohérence épistémologique du projet collectif du CoMF qui est de penser et rendre compte, concrètement, au travers d’enquêtes et d’une multidisciplinarité attestée, de pratiques et d’expériences sociales ainsi que de logiques institutionnelles à l’œuvre dans l’espace européen, mais aussi au-delà de cet espace. La perspective théorique et pratique, constitutive de l’identité du CoMF, est d’étudier  une pluralité d’espaces sociaux et institutionnels au plus près des pratiques et du sens qui s’en dégagent pour et aux différents acteurs.

Plusieurs chercheurs du Centre (axe 6 : Migrations, mobilités, européanisation), étudient les migrations internationales avec des approches empiriques nouvelles et en employant les focales théoriques les plus contemporaines : activités transnationales se développant au sein de réseaux transnationaux,  migrations pendulaires, nouveaux flux de réfugiés fuyant guerres civiles ou désastres climatiques… Dans les années 90 la chute des régimes ‘socialistes’ en Europe centre-orientale, la mondialisation des échanges, l’intensification des flux communicationnels et touristiques ont conduit nombre de sociologues (Baumann, Urry, Beck, Touraine…) à penser que le monde devenait un espace sans frontières, au sein duquel des déplacements incessants d’un pays à l’autre étaient en train de devenir la règle et non plus l’exception. Mais après le 11 septembre 2001 et ses innombrables conséquences géopolitiques, les limites de ce paradigme de la mobilité – qui s’accompagnait d’une croyance dans l’obsolescence non seulement des frontières mais des Etats-Nations eux-mêmes – sont de plus en plus clairement apparues. Au CoMF nous pensons que l’on ne peut penser les mobilités sans penser les frontières, ni d’ailleurs les frontières sans les mobilités qui finissent pas les traverser quoi qu’il en coûte.

D’autres chercheurs (axe 5 : Circulations des savoirs, des croyances et des normes en Europe) étudient les normes et les savoirs en circulation dans le monde social. Il s’agit d’étudier à la fois comment des innovations sociales se diffusent et se constituent en nouvelles normes. Cela se fait à partir de controverses internationales ou interculturelles, ou simplement par les défis que la prétention à l’universalisme de la norme rencontre face à la multiplicité des particularismes locaux. Dans cet esprit, sont étudiés les rapports entre savoirs experts et savoirs profanes, et partant les conditions qui organisent les relations entre entendement sociologique et pratiques ordinaires des personnes ou des groupes. L’ensemble de ces travaux, tout en portant sur des sphères sociales et des problématiques très différentes, ont en commun de déployer une réflexion sur les modalités selon lesquelles la pluralité des régimes de vérité dans l’espace social européen engendre de l’innovation sociale, comment les dynamiques transculturelles des savoirs contribuent à modifier les valeurs et les normes des différentes sociétés européennes, comment, enfin, ces débats permettent l’apparition d’espaces spécifiques propices à l’émergence de nouveaux collectifs et/ou permettent aux groupes existants de se structurer et de renforcer leurs réseaux.

Le Centre Construction(s) de l’Europe, Mobilités, Frontières regroupe des enseignants chercheurs titulaires, un chercheur au CNRS, des chercheurs associés à titre principal, ainsi que des doctorants. Cette diversité statutaire s’accompagne d’une diversité d’objets et de terrains de recherche dans l’espace européen (sans limitation géographique, Ouest-Est) mais aussi, au-delà, en Amérique Latine, en Afrique, en Mélanésie (Nouvelle-Calédonie).



 

Centre Corps, Conflits, Créativité

Responsable : Nicoletta Diasio

Le Centre se donne pour objectif d’explorer la manière dont se font les Européens aujourd’hui à partir des rapports entre corps, conflits et créativité.

En Europe, le corps constitue un lieu de dissensions entre des normativités, des pratiques, des savoirs issus de la vie quotidienne et les normes établies par des acteurs institutionnels et/ou supranationaux. Des réticences, des controverses, des tensions se cristallisent autour de moments denses (naissance, mort, maladie, passages) où le feuilletage de dimensions subjectives, culturelles, sociales, politiques rend complexe l’adoption de positions communes entre États européens. Ce sont ces frictions et la manière dont elles donnent à lire la création d’un sujet européen que nous étudions, à partir d’études sur le rapport au corps et à la santé, sur les prises de risque, sur la souffrance, le handicap et d’autres formes de vulnérabilité, sur la fin de vie et les soins palliatifs, sur la définition des âges et des passages entre eux.

L’Europe se construit également à travers les conflits, passés et actuels. La polémologie, dont le centre poursuit l’approche scientifique, a analysé la place du conflit dans les relations sociales, depuis les tensions intersubjectives jusqu’aux phénomènes extrêmes. La conflictualité présente de nos jours des formes multiples, résultant du double mouvement de reconfiguration des antagonismes classiques et de diffraction/intériorisation des conflits : fragmentation, diversification et dissémination des antagonismes individuels et collectifs ; nouvelles situations intermédiaires entre la guerre et la paix ; ferments de dissension à l’échelle européenne ; affrontements de mémoires. Ces conflits sont des manifestations de crise, mais également des pourvoyeurs, fondateurs, préservateurs d’identités, ouvrant ou assignant à l’altérité les acteurs qui y sont engagés.

Corps et conflits constituent aussi une source de créativité, collective et individuelle, que ce soit dans les pratiques ordinaires, dans les productions artistiques, dans l’intervention sociale, dans les situations de crise, dans les mobilisations collectives ou dans les réponses données à des problèmes nouveaux. Nous prolongeons ainsi une tradition de recherche de l’Université de Strasbourg qui fait du corps l’analyseur des pratiques réflexives et créatrices des individus et un des leviers qu’ils utilisent pour agir sur la société en la transformant. De la même manière, nous envisageons le conflit dans ses potentialités créatrices et dans ses conséquences en termes de solidarité, d’intégration, d’innovation sociale et d’invention. Le concept de créativité nous permet enfin de renouer avec une dimension expressive, esthétique et imaginative de la pensée du social, qui n’a pas suscité suffisamment d’attention dans les sciences sociales françaises.

Centre Raymond Poidevin

Responsable : Sylvain Schrimann

 

Le Centre Raymond Poidevin entend poursuivre les travaux et recherches impulsés par Raymond Poidevin (1928 -2000) sur le site universitaire strasbourgeois. L’activité du Centre de Recherche d’Histoire des Relations internationales (CRHRI) qu’il avait fondé en 1980 était particulièrement centrée sur l’histoire de la construction européenne et celle des relations franco-allemandes. Depuis elle s’est diversifiée par l’apport de nouveaux chercheurs.

Dans le cadre de l’UMR Dynamiques Européennes, le Centre Raymond Poidevin développe plus particulièrement l’étude de quelques thèmes :

  • Les acteurs dans les relations internationales au XX° siècle
  • La coopération transfrontalière
  • La frontière
  • L’anti-européisme
  • L’étude d’aires géographiques européennes ainsi que de certaines régions non européennes (monde latino-américain, États-unis, monde russe)

Constitué pour l’essentiel d’historiens, mais également de sociologues, le Centre organise, à côté des colloques et séminaires, un séminaire spécifiquement destiné aux doctorants.

Pour ses activités, le Centre Raymond Poidevin coopère avec d’autres équipes et réseaux de recherche :

  • L’UMR IRICE et son LABEX ENHE
  • le réseau des chaires Jean Monnet
  • le Groupe de liaison des professeurs d’histoire contemporaine auprès de la Commission européenne
  • le PEAP (Pôle européen d’administration publique) 

 

Le 31 mars 2017
De 09h00 à 12h00
MISHA - Salle Asie
Le 3 avril 2017
De 15h00 à 16h30
Salle Pasteur, Palais Universitaire, Strasbourg
févr. 2 2017

Les conflits autour des OGM et le retour de l'action radicale Gilles Tétart Anthropologue, LEA...