Search & Find
Accueil
Accueil   >   Présentation   >   Instituts   >   Analyse et résolution de conflits, Criminologie, Etudes des violences et des Médiations

Welcome to

Institut de Polémologie

Conflits, Violences, Médiation




L’Institut de Polémologie s’attache à rappeler, dans sa vocation de recherche et d’enseignement, combien l’analyse et des conflits et des guerres est fondamentale pour comprendre les modalités de l’hostilité dans les relations humaines. Il cherche à comprendre les formes nouvelles de conflictualités et la façon dont elles s'expriment dans différentes sphères sociales d'activité telles que l'intervention sociale avec la diffusion des pratiques de médiations, la justice et la chaine pénale, les forces de défense et de sécurité comme l'armée ou la police, le travail et le rapport au travail, l'engagement et la mobilisation dans des luttes sociales, par exemple.

Le projet polémologique porté par l'institut ne se limite pas aux recherches portant sur la guerre et les études stratégiques. Il constitue un champ d'étude qui vise à appréhender les dynamiques conflictuelles dans une perspective interdisciplinaire, multifactorielle, réflexive et critique, à analyser les différentes dimensions du conflit (genèse et causes, mobilisation et engagement, violence, tiers et médiation, rapport à l'urgence et aux crises) afin d'en comprendre les ressorts et, lorsque cela est possible, favoriser leur prévention et leur résolution.

Séminaire 2017-2018 Régulations de conflits et sortie de la violence

Séminaire

REGULATION DES CONFLITS ET SORTIE DE LA VIOLENCE

 

L’Institut de Polémologie, Conflits, Violences, Médiations, le Laboratoire DynamE UMR CNRS 7367 et l’Ecole Doctorale Sciences Humaines et Sociales – Perspectives européennes, avec le concours de la Fondation Maison des sciences de l’homme et la Plateforme Violence et sortie de la violence sont heureux de vous convier au  séminaire « Régulation des conflits et sortie de la violence ».

 

PROGRAMME

 

« Mouvements et conflictualités en Espagne,
reconfiguration des dynamiques de sortie de la violence en Europe »
Jérôme FERRET

Jeudi 16/11 de 17h à 19h, salle des conférences de la MISHA

Jérôme Ferret, Maître de Conférences HDR en sociologie à l'Université de Toulouse 1 Capitole, Chercheur associé au Cadis, EHESS-CNRS et co-directeur de la Maison des Sciences de l'Homme et de la Société de Toulouse. Il étudie les mutations de la violence politique, terrorisme/radicalisation, la dynamique de confrontation (conflit/ violence) entre jeunes et police dans les zones urbaines en France et en Espagne (violence radicale nationaliste au Pays basque, « néo-anarchisme» et «Indignados» en Catalogne). Il travaille sur la structuration et les effets sociaux des politiques de terrorisme aux Etats-Unis, en Espagne, en Israël et en France (recherche financée INSHS/CNRS), avec la FMSH sur l'ANR SOV (sorties de la violence) et la plateforme International Panel on Exiting Violence IPEV, et est co responsable du projet H2020 HATEMETER sur la régulation des discours de haine sur internet en partenariat avec la Toulouse School of Economics (digital studies). Dernières publications : 2016 - Crisis social, movimientos y sociedad en España hoy. Ensayo sobre el proceso Conflicto, Violencia  y Subjetivación, Sibirana/Universidad de Zaragoza. 2015 - Violence politique totale. Un défi pour les sciences sociales, Paris, Lemieux Editeur. 2017. with Randall Collins, « On the internal dynamics of Conflict/Violence process », The American Sociologist.

 

« Le traitement des conflits majeurs : les commissions de vérité et de réconciliation.
Réflexion sur les expériences d’éthique reconstructive »
 Dany RONDEAU

Lundi 27/11 de 17h à 19h, à l’amphithéâtre du Collège Doctoral Européen

Dany Rondeau est professeure de l’Université du Québec à Rimouski et professeure associée à l’Université Laval et à l’Université catholique d’Afrique centrale de Yaoundé au Cameroun. Elle est directrice du Groupe de recherche Ethos (UQAR) et membre de l’Institut d’éthique appliquée (Université Laval). Ses recherches en philosophie pratique s’intéressent aux défis que pose le pluralisme culturel et moral à la pensée contemporaine en éthique et au vivre-ensemble. Ses publications portent sur la justice réparatrice, le mal politique, le concept d’inter-culturel et le programme d’Éthique et culture religieuse. En éthique appliquée, ses travaux s’inscrivent dans les champs de l’éthique professionnelle et de l’éthique organisationnelle et se concentrent sur les conditions de possibilité de l’exercice du jugement moral, de la responsabilité et de la réflexion éthique dans les pratiques professionnelles et dans les organisations.

 

Journée d'étude « Construction-déconstruction de l'ennemi »
AAMES
(Association des Anciens du Master Ethique de Strasbourg)

Mardi 28/11 de 9h à 18h à l’amphithéâtre du Collège Doctoral Européen

9h - 9h 30 : Yann Martin, Philosophe, « Analyse philosophique des concepts ennemis/ami. »

9h 30 -10 h : Régis Lanno : docteur en sociologie : « Définir l’ennemi : les sociétés européennes confrontées au terrorisme islamiste. »

10 - 10h 30 : Eric Maulin : professeur de droit public à l’UDS : «  La culture du refus de l’ennemi et le droit humanitaire. »

11h - 12h 30 : Pierre Conesa, spécialiste en stratégie internationale : « La fabrication de l’ennemi. Ou comment tuer avec la conscience pour soi. »

13h 45 – 14h 15 : extraits du film : Le vénérable W. de Barbet Schroeder (2017)

14h 15 – 14h 45 : Tidola Abdou, Doctorante en Théologie et Sciences Religieuses : «  Idéologie et fabrication de l’ennemi dans le discours de Mohammad Hussein Fadlallah sur l’ennemi juif-Israël. »

14h 45 – 15h 15 : Gaudiose Vallière Luhahe : Doctorante en  Théologie et Sciences Religieuses : «  Les juridictions Gacaca au Rwanda : Un outil de déconstruction de l’ennemi après le génocide des Tutsi. »

15h 15 – 16 h : Jaime Andrès Quintero Gaviria, Professeur à l’Université de Caldas, Colombie : « La situation du conflit colombien et l’avancement des accords de paix »

16h 15 –18 h : Table ronde animée par Frédéric Rognon : « Construction et déconstruction de l’ennemi dans les traditions religieuses ». Avec  Christian Grappe : Exégète du Nouveau Testament, Régine Hunziker-Rodewald : Exégète de l’Ancien Testament, Abdelhap Nabaoui : Président du Conseil Régional du Culte Musulman, Olivier Wang Genh : Président de la Communauté Bouddhiste d’Alsace, David Lemler : Chargé de cours au Département d’Etudes Hébraïques et Juives.

 

« La violence comme mode de vie :
enquêter au Tchad sur/dans les marges de la guerre »
Marielle DEBOS

Lundi 5/ 02 de 15h à 17h, salle des conférences de la MISHA

Les travaux de Marielle Debos, sociologue de la violence et des conflits armés, contribuent à bousculer le regard porté sur la guerre et la violence politique. Maître de conférences en science politique à l'université Paris Nanterre, elle coordonne l’axe de recherche « Conflits, sorties de conflits, mutations politiques » avec l'historien Guillaume Mouralis. Elle a publié Living by the gun in Chad, dans lequel elle interroge le recours aux armes, quand celui-ci devient à la fois une forme ordinaire de la lutte politique et un métier. Elle poursuit ses recherches autour des frontières entre guerre et paix à partir d’une enquête réalisée sur l’impunité masculine et la (dé)politisation des violences sexuelles au Tchad et commence une nouvelle recherche sur l’invention du marché des technologies biométriques en Afrique. Marielle Debos est membre junior de l'Institut universitaire de France depuis 2016 et médaille de bronze du CNRS 2017.

 

« Les jihadistes occidentaux : différences et convergences »
Farhad KHOSROKHAVAR

Lundi 09/04 de 15h à 17h, Salle des conférences de la MISHA

Chercheur de renommée internationale, Farhad Khosrokhavar est directeur d'études à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) et chercheur au CADIS, EHESS-CNRS. Ses recherches portent sur l'islam en France, en particulier dans les banlieues et en prison, les problèmes sociaux et anthropologiques de cette religion, ainsi que sur l'islamisme radical et ses mutations. Il a commencé à étudier les phénomènes de radicalisation dans les années 1990. Auteur de nombreux ouvrages et articles sur l'islam et le phénomène de radicalisation djihadiste, il a notamment publié en France L'islam des jeunes en 1997 (Flammarion), Les Nouveaux Martyrs d'Allah en 2002 (Flammarion), L'islam dans les prisons en 2004 (Ed. Balland), Radicalisation en 2014 (Ed. Maison des sciences de l'homme), Le jihadisme. Le comprendre pour mieux le combattre, avec David Bénichou et Philippe Migaux, en 2015 (Plon). Son travail sur la radicalisation est le fruit de plusieurs enquêtes empiriques, par observation et entretiens, réalisées auprès de jeunes dans des associations de banlieues et quartiers défavorisés d'une part, et auprès de détenus et de surveillants dans plusieurs prisons françaises d'autre part.

 

« Micro-sociology of Violent Confrontations : understanding conflict escalation »
Randall COLLINS

Mercredi 23/05 de 14h à 17h, salle des conférences de la MISHA, introduction par le Président de l’Université de Strasbourg

Randall Collins est l’un des plus importants sociologues américains contemporains, auteur d’une œuvre sociologique traduite dans plusieurs langues et d’ouvrages qui sont devenus des références internationales, tant concernant l’histoire de la sociologie que l’analyse empirique des situations de conflits et de violence, dont Interaction Ritual Chains et Violence: A Micro-Sociological Theory. Il est Dorothy Swaine Thomas Professor de sociologie à l’Université de Pennsylvanie (Philadelphie) et le 102e président de l’Association américaine de sociologie (ASA). Ses recherches en sociologie portent notamment sur la sociologie du conflit, l'épistémologie des sciences sociales, la macrohistoire sociologique des changements politiques et économiques, la micro-sociologie et la sociologie des intellectuels.

 

Nouvelle offre de formation 2018-2022

Master Conflits, criminologie et médiations

 A partir de septembre 2018, l'Institut de Polémologie propose un Master (M1 + M2) parcours Conflits, criminologie et médiations qui porte sur l’analyse sociologique des conflits.

Sont notamment étudiées les violences, la criminalité, la radicalisation et leurs réponses dans la prévention, l’intervention sociale, la justice pénale.

En partenariat avec la Faculté de Droit, il forme à la recherche ou à des missions de médiation et de régulation des conflits, dans les métiers de l’intervention sociale, de la justice, de l’administration pénitentiaire, de la  police et de la sécurité.

Le parcours Conflits, criminologie et médiations, dans une perspective de recherche et de professionnalisation, a pour objectif de former à l'analyse des conflits, à la compréhension de leurs déterminants, à la connaissance des dispositifs judiciaires à l’œuvre dans leur traitement, à l’étude des transactions et négociations visant à enrayer les violences par la consolidation de positions de tiers.

Le parcours s’attache aux traitements de la criminalité (police, justice, administration pénitentiaire) et aux pratiques de médiations. Il diffuse les recherches sur les conflits de mémoires et de valeurs, les controverses et revendications en Europe, les phénomènes de radicalisation et de terrorisme, l’internationalisation des conflits.

Les enseignements dispensés offrent une perspective pluridisciplinaire entre sciences sociales et juridiques, incluant également des dimensions psychologiques, médicales, historiques et politiques.

Les compétences principales à acquérir au cours de la formation sont les suivantes :

1. être capable d’identifier, d’analyser les conflits, connaître les règles de droit applicable, développer et conduire des recherches fondamentales en sociologie des conflits, en connaissant les acteurs, les dispositifs et les enjeux du monde socio-judiciaire ;

2. savoir orienter et mettre en œuvre la résolution de conflits par la voie judiciaire ou leur traitement par des méthodes alternatives et prendre les décisions appropriées à la sécurité des biens et des personnes ;

3. être en capacité de conduire des projets, des négociations et des médiations dans des contextes diversifiés, et participer à la recherche, l’innovation dans le domaine des politiques publiques de lutte contre l’insécurité et la délinquance ;

4. concevoir et transmettre des connaissances à l’attention des acteurs et futurs acteurs de la chaîne pénale et des métiers de la sécurité.

 

Présentation générale

Depuis sa fondation en 1970, l’Institut a pour vocation de développer des enseignements et des recherches qui ont pour objet de penser non pas une société sans conflits, mais ses multiples manifestations conflictuelles dans leurs modulations, leurs déploiements ainsi que leurs ressources pour négocier et trouver des compromis.

Formation

En licence comme en master, l’Institut de polémologie propose des enseignements variés permettant d’approfondir l’analyse des sentiments d’hostilité, leurs traductions aussi bien dans les relations entre régions du monde qu’au niveau de la vie quotidienne. Les cours donnés en licence initient à la sociologie des conflits : ils s’appuient sur l’étude des auteurs fondateurs et développent l’approche du conflit socialisateur.

Les cours de master approfondissent les référents théoriques, proposent des analyses sur les manifestations violentes ou plus diffuses de la dynamique des conflits et les moyens d’y faire face, ouvrent sur des analyses de situations diverses, en fonction des spécialités du master de sociologie.

Anniversaire Institut Polémologie

Contact

Directeur

  • M. Pascal HINTERMEYER

Coordonnées

  • Le PATIO
    22 rue René Descartes
    67084 Strasbourg Cedex
Du 6 novembre 2017 au 25 novembre 2017
Institut d’Anatomie pathologique, Hôpital Civil de Strasbourg
Le 17 novembre 2017
De 14h00 à 17h00
Salle 120 (Palais universitaire)
Le 22 novembre 2017
De 13h00 à 15h00
Bibliothèque du DHVS à l’Institut d’Anatomie (Hôpital Civil)
oct. 30 2017

Les candidat.e.s aux concours du CNRS dans les sections 33, 35, 36, 38, 39, 40 et 53 peuvent...