Search & Find
Accueil
Accueil   >   Actualités & Agenda   >   Actualités : Appel à contributions Cahiers de démographie locale : Migrations résidentielles et processus d’urbanisation

Appel à contributions Cahiers de démographie locale : Migrations résidentielles et processus d’urbanisation

août 22 2017

Cahiers de démographie locale, volume 7, 2018
Migrations résidentielles et processus d’urbanisation

Appel à contributions

La revue Les Cahiers de démographie locale a pour objectif de stimuler comme de promouvoir les travaux s’intéressant à la mesure et à la compréhension de la dynamique des populations locales. Elle diffuse principalement des articles de démographie, mais est ouverte aux travaux de sociologie, de géographie ou d’économie qui rendent compte des évolutions des populations locales.

Le volume 7 des Cahiers de démographie locale propose d’examiner le rôle joué par les migrations résidentielles dans le processus d’urbanisation des territoires.

Les migrations résidentielles sont un facteur décisif du processus d’urbanisation des territoires par leurs effets sur la dynamique et sur les structures des populations. En effet, en France, comme dans la plupart des pays, les migrations résidentielles ont joué un rôle déterminant dans la croissance des villes, tant par leur apport direct de population que par leur effet indirect sur le mouvement naturel, du fait de l’arrivée de populations jeunes. Du début du XIXe siècle jusqu’aux années 1970, elles contribuent largement à la croissance des villes, notamment de leurs banlieues (banlieues industrielles avant la Première Guerre mondiale, banlieues pavillonnaires de l’entre-deux-guerres, grands ensembles d’habitation des Trente Glorieuses, dans le cas de la France). Puis, en France comme dans de nombreux pays, les migrations résidentielles alimentent les espaces ruraux aux franges des agglomérations, constituant ainsi le phénomène de périurbanisation et d’extension de l’habitat individuel. Ces mouvements ont eu des conséquences sur la densité des autres espaces résidentiels. Par exemple, en France, de nombreuses villes-centres des agglomérations ont enregistré plus de départs que d’arrivées. Dans certains cas (notamment les très grandes villes) cette « désurbanisation » est restée limitée dans le temps et géographiquement. Dans d’autres, comme dans certaines villes moyennes, la décroissance démographique se poursuit.
Par ailleurs, le processus d’urbanisation/contreurbanisation se traduit par des phénomènes de spécialisation sociodémographique des territoires. Les migrations résidentielles sont en effet différenciées selon les catégories démographiques et sociologiques des individus et des ménages, et agissent ainsi sur les structures de population des territoires. De leur côté, les territoires influent sur le choix résidentiel des ménages en étant plus ou moins attractifs selon leur profil sociodémographique.

Une approche par le local permettra de révéler à la fois la diversité des situations et la configuration des facteurs en action, dans le passé comme aujourd’hui. Les questions suivantes pourront dès lors être posées, aux différentes échelles des territoires :

  • Comment ont évolué les échanges migratoires entre territoires urbains (entre agglomérations, au sein d’une même agglomération, entre une agglomération et sa couronne périurbaine), entre les territoires urbains et les territoires ruraux ? Est-ce que l’apport migratoire contribue encore aujourd’hui au processus d’urbanisation ?
  • Quels sont les impacts des migrations résidentielles sur la spécialisation des territoires ? Comment distinguer les migrations résidentielles choisies et contraintes ? Dans quelles conditions les migrations résidentielles peuvent-elles remodeler le profil de la population d’un territoire, dans le cas de la mise en œuvre d’une politique publique visant à agir sur le peuplement, dans le cas où une telle politique fait défaut ?

Thèmes pouvant être abordés dans ce numéro

  • Migrations résidentielles et type d’espace (infra-communal, ville-centre, banlieue, périurbain, rural).
  • Migrations résidentielles et espaces ruraux dynamiques : poursuite de l’étalement du périurbain ou réelle attraction du rural pour les urbains ?
  • Migrations résidentielles et décroissances urbaines des villes des vieux bassins miniers et industriels.
  • Migrations résidentielles et gentrification des villes-centres.
  • Migrations résidentielles et grands ensembles d’habitation.
  • Rôle des migrations résidentielles courtes et longues dans la dynamique et la spécialisation des territoires.

Les articles de portée méthodologique sont également les bienvenus. Par exemple, en France, la question reformulée sur le lieu de la résidence un an auparavant, ainsi que la nouvelle grille communale de densité utilisée par l’INSEE (typologie des communes en fonction de leur degré d’urbanisation) permettent-elles de mieux identifier les migrations résidentielles et leur influence dans le renouvellement des populations locales ? Quel est l’apport d’autres sources que celle du recensement - registre de population, enquête logement en France, fichiers de gestion -  sur la connaissance des migrations résidentielles et des processus d’urbanisation ?

Dans le cadre de ce numéro des Cahiers de démographie locale, nous entendons par migration résidentielle tout changement de résidence qui entraine au moins un changement de logement, que le nouveau soit ou non dans le même quartier, la même commune, le même département, la même région ou le même pays que le précédent.

Les textes proposés pourront porter sur la France ou des pays étrangers. Enfin, ce numéro est ouvert aux travaux issus de la démographie, de la géographie, de la sociologie, ainsi qu’aux approches pluridisciplinaires.

Calendrier

Date limite pour l’envoi des propositions d’article (titre et résumé ; 250 mots max.) : 15 octobre 2017.
Avis du comité de rédaction : 15 novembre 2017.
Date limite pour l’envoi des articles au comité de rédaction : 15 avril 2018.
Parution des Cahiers de démographie locale 2018 : octobre 2018.

Notes aux auteurs

Les Cahiers de démographie locale, comme tous les ouvrages publiés par les éditions Néothèque (www.neotheque.com), sont commercialisés sous deux formats : un format classique, en noir et blanc, sur papier ; un format électronique, en couleur. Les contraintes éditoriales sont faibles. Le parti pris du comité de rédaction est de laisser aux auteurs la plus grande liberté dans le format de restitution de leur recherche. Ainsi, la longueur des articles proposés dans les Cahiers de démographie locale varie de 15 à 50 pages de la revue (format A5, police Lucida Bright 9), y compris les tableaux, cartes, figures et le résumé. Cela correspond à des articles comprenant environ de 3 500 à 15 000 mots, ou de 25 000 à 100 000 signes (espaces compris). Chaque article est accompagné d’un résumé de 150 à 200 mots en français et en anglais ainsi que d’un titre en anglais. Les consignes détaillées de présentation des textes seront communiquées ultérieurement aux auteurs retenus.

Contact

  • Responsable du numéro : Bénédicte GERARD, Maîtresse de conférences, Institut de démographie de l’Université de Strasbourg, UMR 7363 SAGE Université de Strasbourg.
  • Adresse postale : Bâtiment V- 22 rue René Descartes – 67084 Strasbourg Cedex
  • Adresse électronique : bgerard@unistra.fr

Télécharger l'appel à contributions (pdf).

Le 22 septembre 2017
De 09h00 à 18h00
Amphi Schoepflin 2A rue de la Fonderie
Le 28 septembre 2017
De 10h00 à 12h00
MISHA - Salle Océanie
sept. 18 2017

La thèse de Luc Sigalo Santos sera publiée chez Dalloz, collection « Nouvelle bibliothèque des...